Normandie : la culture ravagée par les flammes

C’est en 2018, à l’occasion des 500 ans de la fondation de la ville du Havre que la statue de l’artiste Fabien Merelle ,« Jusqu’au bout du monde », avait été installée sur la plage de Sainte-Adresse.

Elle a été vandalisée lundi 4 mai.


Cette statue monumentale de plus de six mètres de haut réalisée en résine, le même matériau que pour la coque d’un bateau, représentait un père et sa fille le regard dirigé vers l’horizon. L’artiste a « voulu mettre de l’humain, dans cet environnement qui peut sembler hostile ». 

Conçue pour être pérenne, elle était fixée dans un socle de béton et pouvait résister à des vents de plus de 200 km/h, mais hélas, pas aux flammes ni aux fumées. Pour l’artiste, Elle symbolisait « la fragilité et la force de l’humanité face à une nature aussi puissante ».


Mais aujourd’hui, c’est plutôt l’infinie bêtise de l’humanité que symbolise cette œuvre mutilée. Personne ne pouvait imaginer que quelqu’un pouvait perpétrer un tel acte. D’autant que cette statue avait fait l’unanimité auprès du public.

Le Maire de Sainte-Adresse, Hubert Dejean de La Batie a vivement réagit sur Twitter : « Scandaleux, odieux, irresponsable... les mots me manquent pour qualifier l’acte d’une rare imbécilité. La statue de Fabien Mérelle au Bout du Monde a été volontairement incendiée ce jour. Un acte de vandalisme inutile qui est un crève-cœur pour les nombreux amoureux de l’œuvre ! »

Pour le moment, personne n’a été interpellé, mais une enquête est ouverte et bien entendu, une plainte a été déposée. Cet incendie volontaire déclenché à l’aide de pneus, a fortement endommagé la statue et un risque de chute est à craindre.

Sans doute que cet acte sera gravé dans la mémoire comme étant un dommage collatéral du confinement et de l’interdiction d’accès aux plages, laissant la porte ouverte aux vandales, qui peuvent ainsi agir en toute impunité.
« Seule la bêtise humaine peut donner une idée de l’infini » disait Ernest Renan, nous en avons encore la preuve aujourd’hui.

La Gazette du Patrimoine compte sur vous !
Afin de rester libre et indépendante, notre publication ne bénéficie d’aucune subvention publique et ne peut s’appuyer que sur la générosité de ses lecteurs.
Merci pour votre soutien.
Cliquez ICI pour faire un don.

Crédits photographiques :
Photo 1 : Hubert Dejean de La Batie
Photo 2 : Fabien Merelle