Dreux : Action cœur de Ville et France Relance au service de la défiguration du territoire

Bandeau6
bandeaufinale5
upgo
Merci
à Christophe Guillouet, notre délégué Urgences Patrimoine d’Eure-et-Loir pour cet état des lieux pour le moins édifiant.

Une fois encore, les financements perçus dans le cadre du programme « Action Coeur de Ville » sont utilisés de façon contestables. Ce dispositif qui partait d’une bonne intention de la part de l’État, devient l’acteur principal des démolitions et des défigurations en tout genre. Et maintenant, le plan « France Relance » lui emboîte le pas…

A Dreux, l'Etrange Noël de Monsieur Rotrou

Alors que les travaux de la place Rotrou étaient à l'arrêt depuis des semaines, quelle n'a pas été la surprise des habitants de notre belle ville de Dreux, de découvrir récemment en son centre un grand panneau sur lequel on peut lire « France Relance - L'Etat investit ici pour votre avenir ».

Ce sera donc le décor des riverains et des commerçants du quartier pour ces fêtes de fin d'année, eux dont le quotidien était déjà depuis des mois rythmé par une circulation et un stationnement devenus totalement anarchiques. La pose de cet immonde panneau couronne en effet une année marquée par le lancement de travaux qui risquent de gravement dénaturer cette jolie place du centre historique (voir notre article de juillet dernier dans ces colonnes), le tout dans une précipitation, un amateurisme et une opacité défiant l'imagination. Après avoir manifestement dû se résoudre à revoir sa copie face aux nombreux problèmes posés par un projet particulièrement mal ficelé, la municipalité a interrompu les travaux fin juillet laissant les habitants dans l'incertitude et le chaos. Malgré les sollicitations répétées des riverains et des commerçants, l'équipe municipale reste totalement silencieuse quant à ses projets. Un tel autisme venant d'élus qui prônent pourtant une politique municipale « participative » et « inclusive » laisse pantois !

DREUXPLACEPHOTO-1
(La place Rotrou à Dreux, épicentre de la relance et du « monde d'après ».)

Ce panneau est aussi le symbole d'une bien curieuse utilisation de l'argent public, mais à Dreux on commence à avoir l'habitude... Rappelons que le centre-ville avait fait l'objet d'un marquage au sol particulièrement disgracieux financé par le programme national « Action coeur de ville ». Mises en place il y a deux ans et soi-disant destinées à disparaître "avec les pluies", ces lignes peintes ont finalement été retirées à la disqueuse cet été, laissant des traces sans doute indélébiles sur le revêtement des rues de la vieille ville.

DREUXPLACEPHOTO-2
(« Action coeur de ville » programme national de 5 milliards d'euros financé par le contribuable: des effets concrets et durables à Dreux.)

Le dispositif « France relance » participe donc, quant à lui, au financement de la requalification de cette place. Rappelons que « France relance » est en grande partie financé par le « plan de relance européen » et que ce dernier consiste en un ensemble de prêts et de subventions d'un montant de 40 milliards d'euros, mais qui à l'arrivée devraient en coûter au contribuable français environ 80! Autant dire qu'il pèsera lourdement sur les générations futures et pour des investissements dont la pertinence est souvent très contestable. A l'échelon local, on en a ici un exemple frappant avec un aménagement qui n'avait rien d'urgent (la place avait déjà été « relookée » en 2009 - plutôt mal, il est vrai) et qui devrait coûter environ 1,3 million d'euros. 1,3 million, c'est à peu près la somme qui permettrait de sauver l'ancienne crèche municipale laissée à l'abandon depuis des années et que la mairie envisage de démolir. (voir notre article de mai dernier dans ces colonnes)

Lors du conseil municipal du 14 décembre dernier, le Maire de Dreux a présenté le budget 2022 comme celui d'un « bon père de famille ». S'agissant de l'argent du contribuable, Dreux nous paraît plutôt être un enfant capricieux et dépensier. Urgences Patrimoine reste toutefois disposée à rencontrer les élus pour discuter de ces dossiers et contribuer à trouver des solutions. Le premier adjoint n'a-t-il pas déclaré dans L'Echo Républicain du 18 septembre dernier être « à l'écoute »? Il faut maintenant le montrer. La balle est dans votre camp, Monsieur le Maire!

bandeaufinale5

vreresdon

mecenesb

Crédits photographiques : Christophe Grillouet