top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

15 novembre 1886 : pose de la première pierre de la chapelle Saint-Joseph / 15 novembre 2020 : dépôt


Hasard ou coïncidence, mais Urgences Patrimoine a déposé son recours de la dernière chance le même jour ou fut posée la première pierre de l’édifice.



Un édifice qui a été tant désiré et que l’on pensait voir se dresser fièrement pendant des siècles et des siècles…



C’était sans compter sur la volonté d’hommes d’Église qui, frappés d’amnésie sans doute, ont fait le choix de démolir un des symboles de la foi chrétienne au nom de la promotion immobilière et d’une modernité que l’on aurait pourtant pu conjuguer au passé.



Victor Hugo écrivait un jour : « L’avenir est une porte, le passé en est la clé ». Nous pouvons dire qu’à Lille on préfère défoncer les portes plutôt que de les ouvrir avec respect.



Peu importe si nous nous attaquons à la puissance du pouvoir et de l’argent. Urgences Patrimoine œuvre pour que le passé puisse être créateur d’avenir. Même si les chances de gagner cette bataille contre les démolisseurs sont infimes, il faut aller jusqu’au bout. Le 15 novembre, nous avons donc déposé notre recours en justice, au nom d’Urgences Patrimoine et de nombreux riverains qui ne se résignent pas à voir disparaître leur voisine de pierre.



Voici le communiqué de Maître Théodore Catry, notre avocat :



Dépôt du recours pour la sauvegarde de la chapelle Saint-Joseph devant le tribunal administratif de Lille



En union avec plusieurs riverains et citoyens mobilisés pour la Chapelle Saint-Joseph, Urgences Patrimoine a, par l’intermédiaire de son avocat, déposé samedi 14 novembre 2020 un recours pour excès de pouvoir contre le courrier du 20 octobre 2020 par lequel le ministère de la culture a refusé de mettre l’édifice en instance de classement au titre de Monuments Historiques.



Cette requête s’appuie sur le constat d’un certain nombre d’illégalités, parmi lesquelles figure notamment l’appréciation insuffisante de la valeur du bien et de l’intérêt public attaché à sa conservation.



Urgences Patrimoine et les requérants qui se sont joints à ce recours demandent au tribunal d’annuler purement et simplement le refus opposé par le ministère et d’enjoindre ce dernier à régulariser sa décision en ouvrant une procédure de classement et, dans l’attente, en mettant la chapelle en instance de classement comme cela aurait dû être fait dès l’origine.



Urgences Patrimoine, qui est à l’origine de la mobilisation depuis le 20 mai 2020, appelle tous les acteurs du patrimoine, au niveau local comme au niveau national, à soutenir cette action en justice.



Nous regrettons et nous nous étonnons qu’une partie de la communauté catholique de Lille ne soutienne pas notre démarche et soit favorable à cette démolition.



D’ailleurs, dans cette action nous constatons que les partisans de la sauvegarde de l’édifice sont souvent non pratiquants et que c’est bien l’avenir d’un témoin de l’histoire locale et collective qu’ils souhaitent sauvegarder et pas juste un symbole religieux.



Nous nous posons la question suivante : si la communauté catholique est vent debout dès qu’un acte de vandalisme est commis dans une église, pourquoi ne s’insurge-t-elle pas quand l’institution catholique elle-même souhaite démolir un de ses édifices ?



Nous n’aurons sans doute jamais la réponse, mais à ceux qui pensent qu’il est normal de faire table rase du passé au nom de la modernité, nous tenons à rappeler avec quelle ferveur les catholiques lillois avait participé fièrement à l’édification de la chapelle Saint-Joseph.




Voici un extrait du discours prononcé lors de la pose de la première pierre le 15 novembre 1886 :

Le Ministère de la Culture a décidé que cette chapelle n’était pas assez remarquable pour être protégé au titre des monuments historiques. Nous ne comprenons toujours pas sur quels critères ce jugement a été rendu, mais là encore, nous tenions à rendre hommage aux bâtisseurs avec un extrait du discours d’inauguration de la chapelle :



« En vérité, que ce lieu et grand et redoutable! C'est la maison de Dieu et la porte du Ciel! »



Baunard, Louis (1828-1919). Le Collège Saint- Joseph de Lille, 1881-1883 (Discours, notices et souvenirs par Mgr Baunard) Paris : 1888.



Il faut donc croire que cela ne l'est plus. Plus assez grand ? Plus assez redoutable ?




Que va-t-il advenir des vitraux, du haut-relief représentant la Cène, des beaux pavés de marbre et de tous les éléments architecturaux qui constituent l’édifice ?



L’orgue est déjà parti depuis longtemps faire entendre l’âme de la chapelle Saint-Joseph en Autriche. Il aurait plus chrétien de l’offrir à une paroisse voisine qui en était dépourvue. Mais, l’opération aurait alors été moins lucrative.



Yncréa affirme que les vitraux seront réutilisés « ailleurs ». Nous émettons des doutes à ce sujet, mais nous espérons nous tromper.



Quant à la stèle dédiée aux fondateurs, elle finira probablement dans les gravats.



Une chose est certaine : comme le dit le proverbe, « on n’est jamais trahi que par les siens ». Car les bâtisseurs de la chapelle Saint-Joseph, qui la pensait éternelle, ne devaient pas se douter une seule seconde que seulement 134 ans après la pose de la première pierre, l’institution catholique déciderait de la démolir pour y voir pousser en lieu et place un bloc de béton.



Enfin, tant que les pelleteuses ne sont pas en train de se livrer à leur sale besogne, tous les espoirs sont encore permis et, pour une fois, à défaut de confiance en la justice divine, gardons la foi en la justice des hommes.



Le recours est déposé, notre pétition dépasse désormais les 10.000 signatures et la mobilisation continue plus que jamais, notamment grâce à de nombreuses lettres de soutien de professionnels de la culture et de personnalités publiques qui viendront augmenter notre argumentaire auprès des instances compétentes.



Alea jacta est …



N’hésitez pas à nous adresser vos courriers de soutien par mail : urgences.patrimoine@gmail.com

0 vue0 commentaire

Comentarios


bottom of page