top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Béziers : 4 maisons menacées de démolition pour permettre l’accès à une nouvelle résidence


maison-menacee-beziers-urgences-patrimoine.jpeg

Depuis plusieurs années, la ville de Béziers a engagé une politique de restauration de son habitat ancien afin de rendre son cœur de ville attractif, en favorisant la réoccupation de logements vacants. Le conseil municipal de la ville de Béziers a notamment approuvé en 2008 les objectifs poursuivis par la convention pluriannuelle du Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (P.N.R.Q.A.D) : rénover le bâti existant, améliorer la qualité de vie, renforcer l’attractivité commerciale, restaurer la confiance et le bien-être, etc. C’est dans ce contexte, que l’Association pour la Protection du Patrimoine Biterrois (APPB), fondée en septembre dernier, a, parmi ses objectifs, la volonté profonde de s’assurer de la qualité des futurs aménagements qui seront engagés pour le bien-être des biterrois et de leur patrimoine architectural (privé ou public) et historique. Le projet qui nous occupe, est situé dans le Site Patrimonial Remarquable de la ville de Béziers (235 hectares). En janvier 2019, le journal municipal de la ville de Béziers met en avant une première esquisse d’une future résidence dans le quartier Saint-Jacques : 59 logements contemporains dessinés par un architecte de renom, le montpelliérain François Fontès.


maison-menacee-beziers-urgences-patrimoine.jpeg


Sur le fond, il est difficile de s’opposer au projet. Le quartier a besoin d’être redynamisé et cette construction vient s’implanter sur un ancien îlot vétuste détruit en 2015, il faut donc requalifier cet espace. Le bât blesse en ce qui concerne l’accès à ces futurs appartements. Il est prévu de faire monter les voitures par la rue de la Tible, une rue étroite, en pente et peu adaptée à la circulation. Pour faciliter l’accès aux futurs propriétaires, 4 maisons vont alors être détruites ! A l’origine, une seule maison était concernée. Ces démolitions sont prévues dans les semaines qui viennent alors qu’aucun permis de construire n’a encore été déposé pour l’immeuble en question. Pourtant d’autres possibilités existent, que ce soit par la rue des Capucins ou le boulevard Jean Macé. Pour la mairie, cette perspective n’est pas réalisable. Effectivement, cela ne l’est pas si le projet reste tel quel… mais on préconise seulement de repenser l’accès aux parkings.


Ce quartier a déjà subi moult dégradations du même type par le passé, encore récemment, avec des résultats peu probants, il faut l’avouer (voir photo ci-dessous).

maison-menacee-beziers-urgences-patrimoine.jpeg


Il est fondamental que les projets immobiliers, quels qu’ils soient, s’adaptent à leur environnement urbain, architectural et historique, et non l’inverse. Dans le cas présent, on ne respecte pas ce « principe ». Qui plus est, l’avis des habitants du quartier n’a jamais été pris en compte alors que ceux-ci sont les premiers concernés. Aujourd’hui, cette tribune offerte par La Gazette du Patrimoine, permet de témoigner de cette situation qui n’est pas isolée à Béziers et en France. Au nom de la qualité de vie et de la modernisation nécessaire, on justifie bien trop régulièrement la destruction. Cela témoigne de l’absence d’une véritable politique à l’échelle des quartiers. Ces derniers doivent être délimités, puis requalifiés dans leur ensemble, pour conserver une unité et une authenticité. Il est également fondamental de faire émerger une vision partagée pour le bon devenir d’un territoire. En 2020, au sein de son Site Patrimonial Remarquable, à moins de 500m de deux Monuments Historiques que sont la cathédrale Saint-Nazaire et Saint-Celse et l’église Saint-Jacques, aux abords de la Via Domitia, il est aberrant de voir la ville prendre une telle décision. Un équilibre architectural et pittoresque de cet ancien quartier risque d’être rompu pour faciliter la circulation automobile d’une « nouvelle population » qui ne vit pas actuellement dans cet endroit et de fait n’y est pas attachée. Comme mis en avant dans le journal de la ville, « ce qui se fait de mieux » — la « modernité » et « un architecte de renom » — ne doit pas devenir un argument pour se débarrasser d’un patrimoine laissé à l’abandon depuis des décennies. Il est à noter que des maisons similaires non loin de là ont été préservées et restaurées. Il faut donc assumer l’héritage des précédentes municipalités et relancer une réelle politique d’aménagement urbain pour le bien de la population et non pour des intérêts privés. Hadrien Ginouvez Président de l’Association pour la Protection du Patrimoine Biterrois (APPB)

1 vue0 commentaire

Comentários


bottom of page