top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak-Romanski

Incendie de l’église Saint-Trivier 24 heures plus tard


Le feu est bien évidemment maîtrisé, les abords de l’édifice sécurisé et des bâches de protection ont été installées sur les parties endommagées de la toiture. Il apparaît que les dégâts sont importants, mais l’église n’est pas détruite dans son intégralité.

Pour le moment, l’accès à l’intérieur est formellement interdit, dans l’attente de la venue des experts qui seront en mesure de faire un inventaire précis des dommages à la fois structurels et mobiliers. Car si le précieux triptyque est en sécurité depuis deux ans au Monastère Royal de Brou, suite à son transfert pour des raisons de conservation, l’église contenait de nombreux objets mobiliers protégés au titre des monuments historiques et nous ignorons pour le moment si l’incendie les a épargnés ou si malheureusement ils sont perdus. Parmi eux figuraient les objets suivant : Reliquaire de Sainte Agathe

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM01001344 Statue en terre cuite de Saint-Trivier


https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM01001338 Statue du Christ en croix sur poutre de gloire

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM01001337 Statue en bois doré de Sainte Agathe


https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM01001345 Il est donc fort probable que le Christ en Croix n’est pas résisté à la chute intérieure du clocher. Bien entendu, beaucoup d’autres objets et œuvres étaient présents dans l’édifice, mais il faudra attendre un autre inventaire, car celui du Ministère de la Culture ne référence que les biens bénéficiant de la protection MH. Même si cette information n’a pas dépassé les « frontières de l’Ain » d’un point de vue médiatique, notre premier article a tout de même fait grand bruit sur les réseaux et bien au- delà des frontières du territoire national.


Nous insistons sur le fait que ce drame patrimonial n’est pas dû à un attentat terroriste, mais qu’il est bel et bien accidentel. Peut-être une défaillance du paratonnerre ainsi qu’un manque d’entretien de l’édifice. L’enquête nous permettra d’en savoir plus dans les prochains jours. Encore un grand bravo à nos soldats du feu, ainsi qu’au Maire de la commune et à l’équipe municipale pour leur réactivité et pensée pour les habitants et paroissiens qui doivent être encore sous le choc de cet incendie. À suivre…



0 vue0 commentaire

Коментарі


bottom of page