top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

« J’irai bien refaire un tour du côté du méthaniseur »

Bien entendu, ce titre est une hérésie. Hérésie qui pourrait peut-être devenir une réalité, car du côté de chez Swann, sur les terres de Marcel Proust, l’ombre d’un méthaniseur rôde. Nous avons été alertés par Christine Cloos, une amoureuse de ce territoire et nous relayons sans tarder ces inquiétudes. Christine Cloos est peintre-sculpteur et vient de signer son premier roman policier aux éditions des Falaises, Meurtres en série à Giverny.


La ville d'Illiers-Combray et ses alentours ont marqué fortement l'enfant Marcel Proust lors de ses séjours dans la maison de sa tante Léonie et ce paysage est lié intimement à La Recherche du temps perdu. Son œuvre littéraire en porte la trace profonde et fondamentale.



A 5 kms d'Illiers-Combray se situe un cercle de châteaux, certains décrits par Proust, comme le château de Méréglise (le Méséglise de la Recherche) ou le château de Saint-Eman (le Guermantes du roman) qui se situe sur la route des lavoirs, aux sources du Loir. Tout à côté, se trouve le ravissant château des Forts ainsi que le château du Rouvray.



« Comme mon père parlait toujours du côté de Méséglise comme de la plus belle vue de la plaine qu’il connût et du côté de Guermantes comme du type de paysage de rivière, je leur donnais, en les concevant ainsi comme deux entités, cette cohésion, cette unité qui n’appartiennent qu’aux créations de notre esprit » (Du côté de chez Swann).



Or, au milieu de ce cercle de châteaux et de ses lieux de mémoire, au sein de ces balades proustiennes, le projet d'une usine de méthanisation à 3 cuves, initié par sept agriculteurs de la région, va peut-être voir le jour. Le terrain de son implantation est situé dans la zone classée « remarquable » par le maire d’Illiers-Combray, et directement dans la perspective du clocher de l’église Saint-Jacques (La Sainte-Hilaire de Proust) qui est visible à 10 kms à la ronde dans cette partie de la Beauce pleine de charme, très boisée, puisque jouxtant le Perche. « C'était le clocher de Saint-Hilaire qui donnait à toutes les occupations, à toutes les heures, à tous les points de vue de la ville, leur figure, leur couronnement, leur consécration » (Du côté de chez Swann).



Ce méthaniseur est prévu proche d’un élevage industriel de porcs, ainsi le lisier produit par cet élevage serait directement recyclé dans l’usine. Le propriétaire de cet élevage est aussi adjoint au Maire à Illiers-Combray.



Cet élevage industriel défigure le paysage avec sa haute tour métallique mais il a été construit bien avant le classement du site …. Ce digestat sera étalé sur plus de 2000 hectares, ce qui engendrera une pollution des sols et des rivières, et une destruction des petites routes de campagne non adaptées aux passages incessants de véhicule lourds et une nuisance sonore extrême pour les habitants de tous les petits villages tranquilles concernés.



Les habitants du village des Dauffrais seront les plus proches voisins (400 m) de cette usine à gaz et en subiront toutes les nuisances qui sont très nombreuses (visuelles, sonores, olfactives avec tous les risques bactériologiques, sanitaires et accidentels qu’une telle installation engendre : dispersions toxiques, fuites de méthane, explosions, incendies, risque de contamination de la nappe phréatique, impact sur la santé, etc.) La liste des préjudices engendrés par de telles installations est longue et effrayante… Les accidents sont fréquents et les riverains de ces méthaniseurs sont victimes de graves problèmes de santé (maladies pulmonaires, etc….).



Le village des Dauffrais possède de nombreux vieux puits, dont les eaux risquent d’être contaminées. Il y existe encore la modeste maison natale à colombage du philologue et grammairien Eman Martin (1821-1882).



Les communes de Blandainville, Montigny-Le-Chartif et Vieuvicq sont concernées par le projet d'implantation des poches de digestat. Méréglise, Mottereau et son château, se trouvent à 1 km de ces poches.



Cette région est aussi, à l'instar de Proust, la région de mes vacances d'enfance. Mais au-delà de cet aspect personnel, je suis réellement effondrée de voir ce paysage proustien qui risque d’être massacré et sacrifié sur l’autel du profit. Car il s'agit bien de profit et non d'écologie. Dans un extrait du dossier de consultation publique, on peut lire ces chiffres : 



Coût du projet : 8 millions d'euros. En 2035 : résultats nets cumulés 1 968 640 euros



La plaine de Beauce est vaste, parfois désertique, vaste étendue à perte de vue sans habitations.... Pourquoi sacrifier des lieux patrimoniaux de cette qualité…. ?



Je voudrais ici citer un article qui exposait l'état d'esprit du maire d'Illiers-Combray à propos d'un projet d'éoliennes à Méréglise :



« Le maire d’Illiers-Combray lui-même, qui pour consacrer « le lien exceptionnel entre ces paysages et l’œuvre littéraire de Marcel Proust », est à l’origine de la création récente sur sa commune d’un site patrimonial remarquable. Ce dispositif a permis l’intervention de l’architecte des Bâtiments de France, qui a rendu en septembre 2019 un avis défavorable, dénonçant la « concurrence visuelle trop forte » que créerait ces éoliennes sur la vallée, et en particulier sur le bourg d’Illiers-Combray. (…..) Très attaché à la mise en valeur de ce patrimoine à la fois naturel et culturel, le maire d’Illiers-Combray a également été l’initiateur, en 2019, de la grande manifestation intitulée « Le printemps proustien », venue célébrer le centenaire du prix Goncourt du héros local. Parrainé par Stéphane Bern, l’évènement a attiré plus de 20 000 spectateurs. Un maire déterminé donc, qui ambitionne de développer à Illiers-Combray un véritable « tourisme littéraire », où le paysage jouerait bien sur le premier rôle. Une telle ambition s’avère ainsi en totale incohérence avec « l’industrialisation des paysages » (P .A. J. Invasion éolienne au pays de Proust, 28 avril 2020)



Un maire déterminé donc, et qui ambitionne de développer à Illiers-Combray un véritable « tourisme littéraire », où le paysage jouerait bien sûr le premier rôle ? On ne peut que s'étonner...



Les Islériens n’ont reçu pour information que les pétitions des habitants des Dauffrais, réunis sur facebook « Non au méthaniseur au lieu-dit les Dauffrais, 28120, Illiers-Combray ». Une réunion d'information prévue en septembre 2020 vient d'être annulée par le maire, car les « porteurs du projet ne souhaitent pas rencontrer les habitants de la région. ».


Une consultation du public a été diligentée par la préfecture d'Eure et Loir, tout le monde peut s'y exprimer du lundi 31 août 2020 à 9 heures au lundi 28 septembre 2020 à 17h30.



Accéder à la consultation publique ICI.


Je souhaite que ce passage de La Recherche (« Il y avait autour de Combray deux "côtés" pour les promenades (...): le côté de Méséglise-la-Vineuse, qu'on appelait aussi le côté de chez Swann parce qu'on passait devant la propriété de M. Swann pour aller par-là, et le côté de Guermantes ») puisse être toujours d’actualité dans nos esprits lors des balades « du côté Swann », pour que ces lieux « souvenir d'une certaine image » ne deviennent pas le symbole des regrets d'un paysage défiguré.

0 vue0 commentaire

コメント


bottom of page