top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Le fort du Mont-Vaudois vandalisé

Situé sur la commune d’Héricourt dans le département de la Haute-Saône, le fort du Mont-Vaudois a subi les assauts d’un groupe d’individus peu scrupuleux, probablement un peu avant le 15 juillet et pour la seconde fois en moins d’un mois.



Les vandales se sont introduits dans l’enceinte de l’édifice, bravant les interdictions, et l’ont dégradé et souillé.



Le président de l’Association des Amis du Fort du Mont-Vaudois, Alain Roëss, ne peut imaginer que cet acte de vandalisme ne soit l’œuvre que d’une seule personne. Selon lui, un premier individu aurait escaladé l’enceinte pour ensuite déverrouiller la porte principale permettant à ses complices de pénétrer sur le site.



Une fois entrés, les vandales armés de bombes de peinture ont tagué les murs. Croix gammées et injures en tout genre sont visibles à de nombreux endroits. Non contents de souiller les murs avec leurs inscriptions, les individus ont aussi uriné abondamment ce qui explique l’odeur épouvantable qui se dégage au sein du Fort.



Bien évidemment une plainte a été déposée au commissariat de Montbéliard.



Jusqu’alors le fort avait été préservé de toute intrusion et de tout acte de vandalisme et c'est la deuxième fois en deux semaines qu'un groupe réussit à pénétrer l'enceinte interdite au public. C'est le gardien du fort qui a constaté les dégâts le 15 juillet. Difficile de savoir précisément à quel moment les individus ont commis leurs méfaits les jours précédents.



Le Procureur de la République de Vesoul s’est exprimé à ce sujet dans le journal l’Est Républicain :  « Nous sommes sur des gestes extrêmement symboliques. Ces tags portent une idéologie nazie, dans une région qui s’est fait remarquer par de grands actes de Résistance. Les faits se sont passés en journée, avant le 15 juillet, sur un vaste domaine de cinq hectares très difficile d’accès, protégés par des barbelés, ce qui montre la détermination des individus à vouloir s’introduire sur le site.  Un appel à témoins vient d'être lancé par le parquet de Haute-Saône, l'enquête ouverte pour dégradation de biens publics a été confiée au commissariat de Montbéliard. »



Nous ne cachons pas notre indignation, car au-delà des actes de vandalisme intolérables qui portent atteinte à l’intégrité et au symbole de ce patrimoine, c’est aussi un manque de respect envers la mémoire collective, mais également envers tous les bénévoles qui œuvrent sans répit pour la restauration et la valorisation de l’édifice. C’est leur travail qui se voit ici méprisé.



Jusqu’où ira la bêtise humaine ? Nous n’en savons rien puisqu’elle semble reculer ses limites chaque jour. En revanche, nous savons que les auteurs de ces faits sont d’une lâcheté incommensurable, car s’attaquer aux pierres pour revendiquer une quelconque idéologie n’a jamais été la plus grande preuve de courage.





0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page