top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Maubeuge : ces bâtiments sont sacrifiés par le plan "Action Coeur de ville"!


À Maubeuge, dans le projet « Action cœur de ville » les démolitions ont la part belle. Nous savons que nous allons encore nous faire traiter de « réacs », mais les bâtiments victimes d’un « modernisme exacerbé » auraient pu faire l’objet de réhabilitations intelligentes alliant sauvegarde de l’existant et modernité.



Ce ne fut pas le choix de la municipalité qui semble prendre beaucoup de plaisir à détruire certains témoins du passé glorieux de la ville. Ces bâtiments, aujourd’hui condamnés, étaient pourtant les seuls à avoir résisté dans cette rue aux bombardements pendant la seconde guerre mondiale. Mais peu importe l’Histoire à Maubeuge, on démolit sans état d’âme.



L’édifice principal de ce que l’on appelait « l’îlot Lecluyse » avait ouvert le bal des démolitions en 2008.



C’est au tour des derniers vestiges de ce lieu de sombrer depuis quelques jours sous les pelleteuses. À l’heure où nous écrivons ces lignes, tout doit être par terre.



Nous ne comprenons toujours pas pourquoi dans le dispositif « Action cœur de ville » le patrimoine est à ce point mutilé, mais nous ne pouvons assister qu’impuissants à la poussée d’immeubles cubiques en lieu et place d’édifices de caractère, souvent centenaires. Quelle sera la durée de vie de ces blockhaus modernes ?




Probablement une vingtaine d’années et dans vingt ans, on rasera et on recommencera.



Certes, cela crée des emplois dans le BTP, mais concernant l’attractivité touristique, nous émettons quelques doutes. Enfin, à l’heure où l’on nous parle sans cesse d’écologie, nous ne sommes pas certains que la démolition-reconstruction soit une démarche très écolo.



L’avenir nous le dira, mais en attendant, à Maubeuge comme ailleurs, c’est encore et toujours « Du passé faisons table rase ».



À lire l’émouvant témoignage d’un habitant du quartier ICI.

1 vue0 commentaire

Comentarios


bottom of page