top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Montagnac (34) : condamné à détruire 12 ans de travaux de restauration de sa chapelle, le propriétaire fait appel

Cette affaire avait fait grand bruit au mois de mai. Olivier Fury comparaissait devant le Tribunal de Montpellier, après une assignation de la DRAC, pour avoir réalisé les travaux de restauration de sa chapelle sans autorisation.



Le chantier avait pourtant reçu à de nombreuse reprises la visite d’un Architecte des Bâtiments de France, mais les services de l’État ont considéré qu’il y avait matière à faire condamner un homme qui n’a jamais demandé un centime de subvention publique et qui a engagé plus de 350.000 euros pour sauver un édifice en ruine qui, jusqu’alors, n’avait jamais intéressé personne.



Lors de l’audience du 16 mai était requis la destruction pure et simple des travaux réalisés et une amende de 3000 euros pour le propriétaire et 3000 euros pour l’association de sauvegarde de la chapelle des augustins.


Le verdict est tombé comme prévu le 28 juin et même si tous les défenseurs du patrimoine croyaient encore à un miracle, il n’en fut rien.


La destruction du sol en béton ciré et des divers aménagements que tout le monde juge pourtant esthétique est confirmée. 12 ans de travail, 12 ans de passion risquent de finir en gravats et, bien évidemment, la destruction est à la charge du propriétaire.


Nous disons « risquent », car bien évidemment Olivier Fury a fait appel.


Il y aura donc un « match retour », en espérant que, cette fois, la justice ne condamnera pas un homme qui a sauvé un patrimoine de l’abandon.



 Voici le mail que nous a envoyé Olivier aujourd’hui :


Bonjour Alexandra,


Notre avocat est allé au tribunal pour faire appel sur la totalité du jugement.


Le greffe n'a pas pu donner de jugement papier.


Par contre nous sommes condamnés :  l'association à 3000 euros d'amende dont 1500 avec sursis et peine identique pour moi personnellement. (Alors que dans les statuts de l'association il est stipulé qu'elle est responsable de toute condamnation, et qu'elle a la gestion complète de l'église en lieu et place du propriétaire...)


Obligation de remettre en l'état l'église, avec destruction de tous les travaux faits sans autorisation (est ce qu'on doit comprendre qu'il faut avec une pelleteuse détruire toiture, mur etc ...) et ce sous 6 mois sinon astreinte de 75 euros x2 /jour.



Destruction du podium amovible qui est dans le cœur.


Saignées de 15 cm tout autour de la dalle béton ciré (pratique pour les gens qui veulent se rendre dans les chapelles car les pieds risque de se coincer au passage).


Nous pensons que la DRAC a suggéré 15 mm, mais le juge a lu cm.


Saillie dans la dalle au centre et sur les côtés. 


Il faut savoir que l'entreprise qui a fait la dalle, entreprise spécialisée avec 20 années d'expérience a fait des joints de dilatation, mais comme ils sont siliconés gris la DRAC n'a pas fait attention. De même sur le tour de la dalle où une protection d'étanchéité a été déposée.


Inutile de vous dire que nous sommes abattus puisqu'en plus la DRAC ne s'est pas porté partie civile, ne s'est jamais présentée aux 2 audiences, nous sommes donc condamnés alors qu'il n'y a aucun préjudice pour personne, et que nous avons le soutien de la mairie.


Dégoûtés, car nous avons des amendes alors que pendant les audiences comparaissaient des individus qui ont fait des constructions en zone Natura 2000, en zone de protection du littoral, et eux (tant mieux pour eux), sont condamnés à de petites amendes, presque tjrs avec du sursis !


Est-ce le patrimoine ou les églises qui gênent en France ?


Excusez ma colère, je vais, je pense, partir en vacances, et peut être avec quelques membres de l'association, prévoir une grève de la faim à l'intérieur de l'église en septembre.



Cordialement



Olivier



Nous ne pouvons qu’approuver la décision de faire appel, car nous sommes convaincus, que malgré ses manquements « administratifs », Olivier Fury n’a eu de cesse que de vouloir sauver cette chapelle et qu’il est absolument inconcevable qu’il soit condamné pour ça.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page