top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen : bientôt la fête des pelleteuses

Suite de notre feuilleton de Noël. Nous le répétons encore une fois, notre démarche n’est absolument pas politique, nous n’avons pas de comptes à régler avec personne. Ce que nous voulons, c’est que ce lieu uniquequ’est le Muséum d’Histoire Naturelle conserve son intégrité et qu'il ne soit pas transformé en temple du wokisme.




 


N'en déplaise à ceux qui préfère la virtualité à l’authenticité, les jeunes générations ont encore le besoin de s’émerveiller autrement qu’à travers des hologrammes. Nous ne le répèterons jamais assez, nous avons tous besoin de choses vraies, de choses sincères qui racontent une histoire, notre Histoire.


 


Le nouveau « Pôle Beauvoisine », nous promet  « un musée réinventé, car les règles habituelles d’une visite au musée seront transgressées dans une approche novatrice unique en France et en Europe : un musée “comme à la maison”, où l’hospitalité sera érigée en principe fondateur. Un musée où chacune et chacun aura sa place. Un musée construit avec et pour les habitants. Un musée sobre et vertueux, en prise avec l’urgence social-écologique, qui sera le premier musée de France de cette envergure à viser le label PassivHaus ». (extrait du communiqué de presse)



En attendant, tous ceux qui s’intéressent un peu à l’écologie savent que la réhabilitation de l’existant, sera toujours plus vertueuse qu’une démolition reconstruction. Dans notre précédent article, nous vous avons fait part de nos inquiétudes (légitimes) quant à l’avenir des bâtiments des facultés de sciences, médecine et pharmacie qui font face au Muséum, et qui pourraient bien, dès 2025, servir de déjeuner aux pelleteuses.





Pourquoi dès 2025 ? parce qu’en théorie, d’après ce que nous a affirmé un éminent membre de la direction du musée, c’est en 2025 que les collections stockées dans une partie des bâtiments de la faculté de sciences devraient trouver refuge ailleurs.



Une fois totalement vide et sans usage, on nous servira le couplet : vu l’état de cet ensemble de bâtiments, leur restauration serait bien trop coûteuse, nous devons agir en « bon père de famille » et se résoudre à les démolir. On vous ajoutera un autre petit couplet sur les « experts » qui ont affirmé que ces bâtiments n’ont aucun intérêt architectural, et surtout, qu’ils ne sont « que » XIXe. Et puis s’ils avaient un intérêt, ils seraient classés Monuments Historiques. À ce sujet, il est important de rappeler que le Sacré-Cœur à Montmartre ne bénéficiait d’aucune protection au titre des Monuments Historiques jusqu’en 2022. Hasard du calendrier, c’est justement le 8 décembre 2022 que cet édifice mondialement connu a enfin reçu cette « distinction ». Pourquoi ? Parce que tout simplement, il faut demander la protection, et si on ne demande rien, on n’a rien.



Cela dit, quand on voit l’état de la Fontaine Sainte-Marie qui se trouve à 200 mètres du Musée et qui elle est classée MH, on peut se poser la question du traitement réservé aux Monuments Historiques par la ville de Rouen.





Cette magnifique fontaine figure pourtant sur le site internet de la ville, où l’on nous informe que sa dernière restauration date de 1983, c’est-à-dire, il y a exactement 40 ans. Nous aimerions comprendre pourquoi une ville qui prétend au titre de Capitale de la Culture laisse se dégrader un tel monument. Quand les touristes attendus du monde entier visiteront le « pôle muséal » unique au monde, ils seront en droit de se poser certaines questions.



Mais revenons au sujet qui nous préoccupe, à savoir la démolition des parties existantes, pas du tout écologique et surtout pas logique, puisque cette démolition va entraîner avec elle, la disparition de la plupart des éléments architecturaux emblématiques de l’actuel Muséum. Avant toute chose, afin que tout le monde comprenne et ne mette pas en doute nos propos, voici le plan officiel. Tout ce qui est en rouge, c’est : poubelle !





Dans cette partie-là, se trouvent bien évidemment les escaliers qui datent du XVIIe siècle pour un, et du XIXe pour les deux autres, certains plafonds à caissons et les incomparables parquets qui craquent et qui donnaient un supplément d’âme au lieu.














Quant à l’avenir des vitrines, lorsque nous avons posé la question, il nous a été répondu que les plus « emblématiques » seraient conservées. Nous ignorons de ce qui est considéré comme « emblématique » par les experts, mais ce que nous savons, c’est que toutes celles qui sont scellées aux murs seront condamnées, à l’exception de celles de la galerie de l’Evolution au rez-de-chaussée. Nous avons d’ailleurs eu droit à une explication qui nous a laissé perplexe : « vous comprenez, ces vitrines n’ont pas la chance d’être du mobilier Ikéa. Elles sont chevillées, donc elles ne se démontent pas. »





Il semblerait d’ailleurs que les tests soient déjà en train d’être réalisés dans la galerie des oiseaux, située au 3eme étage (photo ci-dessus). Désormais fermée au public, pour des raisons dites de sécurité, nous avons pu constater que le déménagement a déjà commencé.





Si parmi vous certains possèdent encore l’armoire de leur grand-mère qu’ils ont emmené partout à chaque fois qu’ils ont déménagé, vous savez que l’on peut démonter sans grand dommage un meuble chevillé. En revanche, réussir à démonter et remonter deux fois un meuble Ikea, sans que tout s’écroule, cela tient plutôt du miracle.



Mais, oui, nous savons que nous ne sommes pas experts et que notre avis n’est nullement recevable. En attendant, j’invite tous les rouennais à surveiller les poubelles du musée dans les prochains mois, car il est fort possible que l’on y déniche des trésors.



À suivre….


 


Nous tenons à remercier les 2300 personnes qui ont signé notre pétition. Si juridiquement cela n’a pas de valeur, symboliquement, c’est très important. Donc, n’hésitez pas à signer si cela n’est pas encore fait, ou de partager si vous le pouvez.


 


Petite précision : lorsque vous signez, vous recevez un mail de notre part pour vous remercier. Si vous ne souhaitez pas recevoir d’autres mails, notamment pour vous tenir au courant de l’évolution des choses, en fin de mail il y a une petite case à cocher pour vous désinscrire de notre liste de diffusion. Il suffit de cocher cette case, et vous n’entendrez plus jamais parler d’Urgences Patrimoine. Nous précisons cela, car nous avons reçu un mail très agressif d’une signataire nous sommant de ne plus lui envoyer quoi que ce soit. Notre seul but étant de sauver l’intégrité du Muséum, il est toujours désagréable de recevoir des messages de ce genre.


 


9 vues0 commentaire

Comments


bottom of page