top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak-Romanski

Témoignage — Bénévolat : les dérives de certains propriétaires privés


restauration-benevolat-gazette-patrimoine.jpeg

Suite à notre article sur l’appel à bénévolat de Monsieur Julien Cohen pour la chapelle qu’il vient d’acquérir à Nevers, nous avons reçu un témoignage édifiant de la part d’une bénévole qui a œuvré pendant des années pour un propriétaire privé. Elle nous fait part de son expérience, et jure que plus jamais elle ne s’investira gracieusement pour valoriser le patrimoine d’un propriétaire peu scrupuleux. Attention, nous ne souhaitons absolument pas décourager les bonnes âmes qui voudraient aider à sauvegarder le patrimoine, même quand il s’agit d’un patrimoine privé. L’action des bénévoles est souvent capitale pour certaines sauvegardes et nous le savons que trop bien. À travers ce témoignage, nous voulons simplement alerter sur certaines dérives. Il serait peut-être judicieux de fixer quelques règles afin d’ éviter les dérives, notamment dans le cas où l’édifice concerné serait vendu une fois restauré. Voici le témoignage de Magaly Augiron-Lamielle. Magaly Augiron-Lamielle a 49 ans. Elle est originaire du Doubs où elle est professeur d’Histoire de l’art, mais aussi professeur de couture et de cuisine. Si elle n’est plus bénévole dans des chantiers de restauration de patrimoine, elle est membre de l’association « Dis Mamie », qui a pour vocation de transmettre les savoir-faire notamment dans les lycées.

restauration-benevolat-gazette-patrimoine.jpeg

« Les amoureux de l’histoire et du patrimoine donneraient toute leur énergie quand un bien est en danger, et c’est ce qui m’est arrivé ! Dans mon village, se trouve un château médiéval… petit mais illustre suite au passage de certains seigneurs bien connus. Quand il a été vendu, je suis allée voir les nouveaux propriétaires pour savoir s’ils avaient l’intention de le restaurer. Je leurs ai dit qu’ils pourraient éventuellement se faire aider par l’association Rempart (avec laquelle j’avais travaillé quand j’étais gamine) mais que, pour cela, il fallait créer une association. L’association fut créée et les propriétaires décidèrent d’ouvrir les portes le temps d’un week-end pour permettre aux gens du coin de revenir au château très longtemps fermé. 350 visiteurs cette année-là ! L’association a donc décidé de créer une fête médiévale annuelle (plus de 5000 visiteurs) pour récolter quelques deniers, afin de restaurer les parties du château en grand péril, et surtout celles qui n’avaient pas la priorité du propriétaire. Le château fut, dans le même temps, inscrit à l’Inventaire des Monuments Historiques. Les fêtes s’enchaînèrent, les travaux aussi ! Chaque gros chantier faisait l’objet de demandes de subventions auprès du Conseil Départemental, de la DRAC mais aussi auprès de fondations bien connues. Les choses dégénérèrent quand les propriétaires ont commencé à vouloir faire du business avec leur château ! Tout était bon pour faire du « fric » et en récupérer. Ils ont fourni de fausses factures pour récupérer les subventions des fondations (qui ne paient que sur factures pour des chantiers réalisés par des professionnels) et se sont reposés sur les économies de l’association, afin de ne plus demander d’argent à l’état et ainsi passer outre les recommandations des architectes des bâtiments de France. Le pire, c’est d’avoir voulu transformer les granges (le château avait été racheté par les paysans du seigneur après la Révolution, et celui-ci fut transformé en domaine agricole), dont les derniers changements dataient du XIXe siècle, en salle d’apparat avec fenêtres à meneaux, percement de portes ... Au lieu de privilégier des chantiers comme la restauration de l’escalier à vis en pierre qui menaçait de s’effondrer (et qui menace toujours), le propriétaire a obligé l’association à mettre ses deniers dans ces granges pour qu’elles deviennent des salles pour mariages et autres réunions rapportant de l’argent . Si esthétiquement c’est joli, historiquement c’est un désastre ! Et bien sûr, tout cela dans « le dos » de la DRAC !

restauration-benevolat-gazette-patrimoine.jpeg

Je suis partie très vite car je ne voulais pas être la complice de malversations financières, et surtout d'un carnage sur un monument historique ! Les monuments subissent des transformations à travers les siècles et sont rénovés suivant l’époque et cela ne me dérangeait pas du tout. Ce château avait des parties médiévales, renaissance, XVIIIème, XIXème et même XXème siècle. Mais créer des portes et des fenêtres « à la façon » de … Non ! On est au XXIème siècle et même si ce n’est pas mon style, je préfère qu’on installe un escalier de secours en métal qui correspond à notre époque plutôt que de faire « du style Renaissance » au XXe siècle. De toute façon, œuvrer pour un propriétaire privé, c’était déjà tendancieux. Certains (pas tous, fort heureusement) profitent des amoureux du patrimoine qui s’investissent à fond pendant des années, et donnent de la valeur à leur bien. Personnellement, je ne regrette rien, car je me dis que certaines parties du château ont été sauvées et que, sans moi (j’étais Présidente de cette association), cela n’aurait pas été le cas, car ce n’était pas la priorité du propriétaire. Malheureusement, la déconvenue a laissé des traces et, comme on dit, « chat échaudé craint l’eau froide » et ça, c’est triste ! (et encore j’ai résumé brièvement l’histoire). Je ferai n’importe quoi pour sauver le patrimoine, mais quand le bien est privé, je pense qu’il faut qu’il y ait un cadre juridique qui évite ce genre de problèmes, aussi bien financièrement qu’historiquement. J’ai toujours été étonnée que la DRAC n’y accorde pas plus de d'attention que ça. »


0 vue0 commentaire

留言


bottom of page