top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Un collectif dit non à la démolition de « La Chapelle » et lance une pétition.


petition-demolition-chappelle-urgences-patrimoine.jpeg

Nous l’avions déjà évoqué dans une publication le 3 février dernier et nous avions fait part de nos inquiétudes quant à la menace de démolition pesant sur cette maison art déco surnommée « La Chapelle » par les habitants du quartier, même si elle n’a jamais eu une quelconque fonction religieuse. Il s'agit d'un bâtiment situé dans le quartier de la rue des Soupirants et de la rue Edgard Quinet. Il fut érigé dans les années 1930 sous la direction de l’architecte Roger Poyé. Cet architecte est l’auteur de plusieurs édifices de la ville, protégés au titre des monuments historiques (Bourse du Travail [photo ci-dessous], Maternité, école du P'tit Quinquin).

Si certains internautes avaient jugé cet édifice « sans intérêt », pour d’autres, et notamment pour bon nombre de Calaisiens, ce patrimoine qui est un peu le leur ne doit en aucun cas être livré aux engins de démolition. Jugé en « mauvais état » par la commune qui ne veut engager aucun frais, l’édifice devrait pourtant être démoli. Mais un collectif a lancé une pétition afin de dénoncer la disparition prochaine de cette maison, et entend bien obtenir sa sauvegarde. À l’origine de cette initiative, deux enseignantes pour qui le devoir de mémoire passe par le respect du patrimoine bâti. L’édifice n’est pas grand et son état ne semble pas être aussi calamiteux que le prétend la ville. Ville qui rappelons- le, s’est vu décerner le label « Ville d’art et d’Histoire » très récemment. Peut-on prétendre à ce label quand on veut démolir certains éléments architecturaux emblématiques de la ville ? C’est une grande question et pourtant, il semblerait que oui. Hasard du calendrier, la Région Hauts-de-France lançait le 3 avril sa nouvelle édition du « Printemps de l’Art Déco ». 12 communes y participent (virtuellement pour des raisons de confinement), mais Calais manque à l’appel. Aidons le collectif en signant la pétition ici. Lire notre article du 3 février 2020 sur le même sujet.

0 vue0 commentaire

留言


bottom of page