top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Bergerac : il faut sauver la Maison Leydier

Encore un patrimonicide programmé. Cette fois c’est la ville de Bergerac qui semble se désintéresser d’un élément remarquable et incontournable de son patrimoine. Pourtant, cet édifice, qui jouxte la mairie, s’intègre parfaitement dans un ensemble architectural cohérent. Certes, son état est préoccupant, mais rien n’empêcherait son incorporation dans un projet contemporain.



C’est en tout cas le souhait de nombreux habitants et de l’ensemble des acteurs de la culture et du patrimoine de la commune.



Nous espérons que M. le Maire fera preuve d’écoute et de bon sens en acceptant au minimum la solution qui contenterait tout le monde, à savoir, conserver la façade et l’intégrer dans le projet de construction qui doit voir le jour.



Nous disposons encore dans notre pays d’architectes respectueux du patrimoine qui seront en mesure d’offrir un avenir à ce témoin de l’histoire collective dans un projet contemporain.




Urgences Patrimoine a été sollicitée par les membres collectif de sauvegarde et c’est, comme toujours, avec passion et conviction que nous essaierons de les accompagner au mieux afin de conserver l’âme de la Maison Leydier.



Nous laissons la parole à Fabien Ruet qui nous éclaire sur la situation :



Au cœur de Bergerac, la municipalité veut raser une demeure d’époque Restauration

Fabien Ruet est élu de Bergerac depuis 2008. Il est en charge du développement de la zone aéroportuaire.  Il a occupé des fonctions de Maire adjoint délégué à l’Urbanisme, au Patrimoine et aux Déplacements. Vice-président de l’agglomération bergeracoise en charge de l’Habitat, il s’est imposé comme référent en matière d’application de la loi de Solidarité et de Renouvellement Urbain. Il conduit avec succès la candidature de Bergerac à l’obtention du label Ville d’Art et d’Histoire.  Il est administrateur de l’association des Amis de la Dordogne et du Vieux Bergerac.



C’est l’histoire d’une belle demeure du Centre-ville de Bergerac, construite sous la Restauration, à quelques encablures de notre belle rivière Dordogne, dans cette partie de la ville où l’urbanisme triomphant du régime suivant n’a pas encore pris ses quartiers. Chemin faisant, le temps faisant son œuvre, c’est un paradoxal sentiment de langueur agréable qui vous empare à la vue des lignes épurées de l’architecture de la bâtisse. Le caractère reposant de sa silhouette tranche singulièrement avec cette fièvre soudaine de démolition qui semble avoir saisi le premier magistrat de la sous-préfecture du Périgord. Située à un carrefour stratégique entre le centre-ville et le centre-ancien, celle qu’on appelle la « Maison Leydier » du nom de son dernier propriétaire agite bien des convoitises et des polémiques depuis une quinzaine d’années, au gré des changements de municipalité. A ma sincère repentance, j’en fut également le protagoniste alors que j’occupais les fonctions de maire adjoint en charge de l’urbanisme, au tournant des années 2010. Chemin faisant, un consensus s’était imposé autour de la nécessité de préserver la façade principale de cette maison, pour garder trace de ce témoignage architectural.



Un problème de voisinage municipal



Une partie des soucis de la « Maison Leydier » tient à son voisinage aussi immédiat qu’envahissant. Jouxtant l’Hôtel de Ville, elle a fait l’objet d’un emplacement réservé dès la mise en œuvre du premier Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Bergerac. L’idée était d’y permettre l’agrandissement potentiel de la Mairie, à une époque où l’heure n’était pas encore à l’effacement des municipalités et des transferts de compétences et d’agents vers les intercommunalités. Chemin faisant, au décès de sa dernière propriétaire, en 2008, la question du devenir du site se pose avec acuité. Nous décidons de renoncer à cet emplacement réservé afin de faciliter la vente de la « maison Leydier» auprès d’un promoteur local reconnu et soucieux d’y construire un immeuble d’accession à la propriété.`


Une première polémique et un consensus autour de la façade



Le travail de concertation commence. Une polémique digne de la pyramide du Louvre se fait jour alors qu’une esquisse du futur projet est dévoilée en Conseil municipal. Notre démarche, en lien avec l’Architecte des Bâtiments de France, avait été de considérer que la destruction d’un patrimoine du 19ème siècle devait être conditionnée à une nouvelle construction qui porterait la marque d’une architecture résolument contemporaine. Créer aujourd’hui le patrimoine de demain. Etait-il nécessaire de tout détruire ? Faute d’accord avec les principales associations de défense du patrimoine, face à la menace de recours des riverains, le promoteur finissait par renoncer à son projet considérant que la préservation de la façade ne serait pas compatible avec les exigences d’agencement d’appartements contemporains. Pour la municipalité, il était entendu que désormais l’approche urbaine devant prévaloir vis-à-vis de la « Maison Leydier » serait celle de l’intégration de sa façade à tout nouveau projet.



Le jardin à l’anglaise du patrimoine bergeracois.



Cette approche faisait écho à ce qui fait la spécificité du patrimoine bergeracois. J’ai l’habitude de le comparer à un jardin à l’anglaise. La juxtaposition des époques contribue à y créer cette harmonie propre à la « verte douceur des soirs sur la Dordogne » pour paraphraser Edmond Rostand. Aucune époque n’est parvenue à imposer totalement sa marque ou ses logiques de rationalisation des espaces urbains. Ici, un pan de bois médiéval côtoie une ouverture Renaissance. Cette approche de protection et de valorisation des patrimoines devait nous conduire, en 2013, à décrocher le label Ville d’Art et d’Histoire, aboutissement personnel d’un combat politique de plusieurs années. Il n’y avait pas de raison de s’inquiéter pour le devenir de la façade de la « Maison Leydier ». En 2018, une autre municipalité parvenait à en faire l’acquisition dans l’optique d’y transférer les archives municipales.


Tenter de rendre inévitable la démolition totale



Ce faisant, des signes inquiétants de dégradation commençaient à se faire jour. Dès 2019, les désordres sur les toitures étaient devenus tels qu’ils exigeaient une intervention rapide. Une partie arrière de l’édifice menaçait ruine et fit l’objet de mesures d’urgence de mise en sécurité. Bien qu’ayant averti à de nombreuses reprises sur la nécessité de procéder à des travaux d’urgence, la « Maison Leydier » a continué à se dégrader. C’était sans compter sur la dernière attaque en règle qu’allait subir l’édifice : celle, plus sournoise, d’un techno-administratif plus soucieux de viabilité économique que de préservation patrimoniale. A croire que l’absence d’entretien était délibérée pour en arriver au dépôt d’un permis de démolition totale de la « Maison Leydier ». Ce projet a été soumis à l’avis de la Commission locale du Site Patrimonial Remarquable de Bergerac.



Un témoignage rare de l’architecture de la Restauration



Malgré l’opposition argumentée des représentants des associations locales de défense du patrimoine, le projet de permis de démolition a reçu, en mai 2021, un avis favorable. Voici donc un patrimoine qui serait voué à la démolition sans même connaître la moindre esquisse de ce qui pourrait le remplacer. Pire encore, nous avons pu mesurer qu’il ne restait que peu ou pas de traces de cette architecture de la Restauration au sein du patrimoine Bergeracois. Il est donc d’autant plus que nécessaire d’en sauvegarder la façade. Quand bien-même le nouveau maire de Bergerac nourrit le projet d’y édifier, en lieu et place, une nouvelle maison des associations, son futur aménagement n’en est qu’au stade de l’idée. Il ne dispose pas encore du moindre financement prévisionnel. Aucun concours d’architecte n’a été lancé.


Rien ne s’oppose à la conservation et à l’intégration de la façade principale de la « Maison Leydier » au futur projet de la Municipalité. Mieux encore, la sauvegarde de cet ultime témoignage de l’architecture de la Restauration lui donnerait ce supplément d’âme si indispensable aux inévitables non-lieux produits par l’architecture fonctionnaliste de ces dernières années. La réalité d’une ville est mouvante, bouillonnante. Place à la création et aux ponts entre les époques. Mobilisons-nous pour sauver la façade de la « Maison Leydier ».



Fabien RUET, Conseiller municipal de Bergerac





1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page