top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Riffifi sur la Nationale 7 : «ren’essence» d’une station-service

Nous avons tant besoin de jolies histoires, en ce moment, que nous ne pouvions pas passer à côté de celle-ci. En trois semaines seulement, le projet de restauration de cette ancienne station-service, près de Roanne, par les membres de l’association « Cars, Utilitaires et Compagnie », a enflammé les réseaux sociaux. Il ne faudra pas grand-chose pour que ces joyeux passionnés deviennent des stars nationales, voire internationales, et nous sommes heureux d’être parmi les premiers à vous les faire découvrir.



Il faut dire que ce projet nous renvoie directement dans les années 1950, sur la célèbre Nationale 7.



Une pointe de nostalgie dans ce projet certes, mais surtout une passion débordante de la part de ceux qui ont pour objectif de faire renaître ce patrimoine et l’inscrire dans l’avenir.



C’est Jean-Michel Buchet, Président de l’association, qui nous raconte cette belle histoire.



——



L’association « Cars, Utilitaires et Compagnie » est une jeune association d’une cinquantaine de membres qui regroupe tous les passionnés de véhicules anciens, qu’ils soient propriétaires ou non.


A l’automne 2019, son trésorier et un de ses administrateurs ont émis l’idée d’essayer de récupérer l’ancienne station- service située en bordure de l’ex-nationale 7, abandonnée depuis 40 ans.



Cette station avait été construite en 1956 et ouverte l’année suivante sous l’enseigne OZO. Elle comprenait un petit logement, un local technique et un bureau. En 1968, elle est passée sous le contrôle de TOTAL, jusqu’à la fin de son activité en 1981. Dès lors, elle a eu une vie assez tumultueuse puisqu’elle a changé deux fois de propriétaire et a failli disparaître deux fois. TOTAL l’a d’abord revendue au département de la Loire qui avait un projet de passage à deux fois deux voies de la Nationale 7 à la sortie du Coteau. Mais, entre-temps, le contournement autoroutier de l’agglomération roannaise par l’est a été réalisé. Le projet étant mort-né, le département l’a vendue à Roannais Agglomération qui, en même temps, a acquis une prairie de 7 ha en vue d’une future zone artisanale.



En 40 ans, elle en a vu passer des vandales, des squatteurs et des tagueurs sans compter la végétation qui a repris ses droits…



C’est donc au milieu d’une véritable forêt vierge et d’une décharge à ciel ouvert, qu’elle est apparue aux membres de l’association. Mais il en fallait bien plus pour les décourager ! D’autant plus, et c’est là sa richesse, qu’elle compte parmi ses membres un exploitant forestier, un loueur de matériel pour le BTP, un entrepreneur de maçonnerie, un exploitant de carrière et … beaucoup de bras.



Nous nous sommes donc rapprochés de la Mairie du Coteau au printemps 2020. 3 confinements et une élection municipale plus tard, c’est véritablement au printemps 2021 que les choses se sont concrétisées. La station est mise à disposition de l’association, charge à elle de la restaurer. En deux jours, début Juillet, les engins ont effectué un travail considérable. Petit à petit, la station s’est dévoilée : ont été retrouvées les pistes routières, l’emplacement des postes essence etc…




Après les blindés, les fantassins ont pris le relais ! A intervalles réguliers, des corvées sont organisées pour purger le terrain des ordures en tous genres, débarrasser les locaux des gravats et autres immondices, enlever du toit les arbres et la végétation qui avaient poussé.



Dès le début de l’aventure un groupe Facebook a été ouvert et, quinze jours plus tard, il comptait déjà 1300 membres : éloges, encouragements mais aussi des personnes se proposant de nous aider soit bénévolement soit pécuniairement. La page Facebook a même permis de retrouver la fille des derniers gérants de la station ! Au-delà des réseaux sociaux, on assiste à un véritable emballement médiatique : FR3, Le Progrès, etc…. et même The connection, mensuel en direction de tous les britanniques vivant en France !



Cet engouement est en rapport avec la Nationale 7.



Au début du XXème siècle, on a inventé l’automobile puis les congés payés. Donc les départs en vacances et les embouteillages … Certains n’hésitent pas à replonger dans cette ambiance en faisant un véritable pèlerinage sur celle qui était à l’époque la colonne vertébrale de la France, la route des vacances, la Nationale 7.



En restaurant cette station et en la remettant dans sa configuration d’origine, c’est cet esprit que l’association veut faire revivre. Si la station deviendra son siège social, ce sera également, ouverte à tous, un lieu de rencontres, d’expositions temporaires pour tous les passionnés. Déjà, alors que nous n’en sommes qu’aux prémices, nous recevons la visite de voitures de collection qui viennent se faire photographier. La Fédération Française des Véhicules d’Epoque (F.F.V.E.) l’a d’ailleurs bien compris puisqu’elle a identifié le bâtiment comme élément remarquable du patrimoine routier et qu’une plaque sera apposée au même rang que les usines Berliet de Vénissieux ou le circuit automobile d’Albi par exemple.


La phase de reconstruction et de restauration qui se profile sera bien entendu fonction des aides que l’association recevra. Pour l’instant aucune échéance de fin de travaux n’est évoquée même si l’automne 2023 apparaît raisonnable. Toutes les synergies seront accueillies avec beaucoup de gratitude. En premier lieu, merci à La gazette du patrimoine de mettre en lumière notre projet et de mettre à disposition son réseau.



Jean-Michel BUCHET


Président de Cars Utilitaires et Compagnie




Pour suivre les aventures de nos amis, rendez-vous sur leur groupe Facebook ICI.


Pour découvrir l’association : https://cars-et-bus.fr/

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page