top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

La Rochepot : pourquoi faut-il sauver les meubles ?

Un de nos brillants membres de la Commission Nationale de Sauvegarde du Patrimoine Funéraire, Éric Sergent, s’était intéressé au Château de la Rochepot et avait même écrit à la Direction Régionale des Affaires Culturelles il y a quelques temps pour les alerter. Il a accepté de rédiger cet article afin de nous éclairer un peu plus sur l’intérêt de sauver le mobilier de ce malheureux édifice, otage d’une procédure judiciaire.



Eric Sergent est diplômé de Sciences Po Lyon et d'un master 2 en histoire de l'art de l'Université Lumière Lyon 2. Il est actuellement doctorant en histoire de l’art du XIXe siècle à l’Université Lumière Lyon 2 (LARHRA-UMR5190) et prépare une thèse de doctorat consacrée à l’art funéraire de la seconde moitié du XIXe siècle à Paris, Lyon et Dijon. Ses recherches portent de manière générale sur l’histoire de la sculpture et du monument public au XIXe siècle, en lien avec l’histoire des mémoires et l’histoire culturelle. Il est l’auteur d’une monographie consacrée au statuaire Paul Gasq (2018) et a publié deux ouvrages intitulés 1870-1871, souvenirs d’une défaite (2020) et « Passants, ne les oubliez pas » La mémoire de la guerre de 1870-1871 en pays nuiton (2021) aux Éditions Universitaires de Dijon.



Le château de la Rochepot est sans aucun doute l’un des fleurons du patrimoine du sud de la Côte-d’Or et, plus largement, du patrimoine bourguignon.




Son origine remonte à 1180, mais c’est au début du XIIIe siècle que le château fut érigé sur le promontoire rocheux où il trône actuellement. La famille Pot posséda le château entre 1403 et 1493, Régnier Pot transmettant le domaine à son fils Jacques, qui lui-même le transmit à son propre fils, Philippe, dont le célèbre tombeau est conservé au musée du Louvre. Les Pot y firent d’importants travaux, au premier rang desquels l’érection de la grande tour ronde au nord-est. Le château fut également la propriété de Pierre Legoux de la Berchère, premier président du parlement de Bourgogne, à partir de 1645.



Au XVIIIe siècle, le château de la Rochepot connaît bien des vicissitudes. Vendu dans les années 1740, le château est mis sous scellé en 1792 et vendu comme bien national en 1799, le mobilier ayant été déjà dispersé en 1798. Le nouveau propriétaire entreprend alors la démolition de l’édifice pour en vendre les matériaux…



Si de nombreux malheurs s’abattent sur l’édifice au XIXe siècle, il est acquis par Mme Carnot, épouse du Président de la République, et offert à son fils Sadi Carnot pour le nouvel an 1894. Fasciné par ces ruines, il s’attela immédiatement à leur restauration, ou pour mieux dire à leur reconstruction, intégrale, œuvre titanesque qu’il confia à l’architecte Charles Suisse à partir de 1897. A la mort de l’architecte en 1906, Henri Chabeuf affirma que ce qui fut « naguère un décor de ruines décharnées » était devenu « le Pierrefonds de la Bourgogne » (1), grâce à la volonté de Sadi Carnot et aux compétences de Charles Suisse.




Le mobilier qui doit être mis en vente ce dimanche 10 octobre 2021 est indissociable de cette restitution architecturale du début du XXe siècle, et constitue une source majeure pour comprendre l’histoire de ce château. Parmi les dizaines de lots, il convient de souligner l’intérêt des modèles en plâtre par Schanosky qui préparent les sculptures de la chapelle ou de la chambre de Sadi Carnot, ainsi que le modèle du haut-relief aux armes de la famille Pot, sculpté au-dessus de la grande porte du château. La statue en plâtre du Président Sadi Carnot, par Mathurin Moreau, modèle pour la statue de marbre du monument de la place de la République à Dijon, est une œuvre importante de l’histoire de la statuaire publique dijonnaise de la fin du XIXe siècle. Ces modèles en plâtre, pièces fragiles et rares s’il en est, sont précieuses pour l’histoire de la sculpture et de l’ornementation. Enfin, les nombreuses pièces du mobilier de style néogothique, livré par le menuisier Daudon-Girard ou la maison Schanosky, entre 1902 et 1913, ou encore les remarquables cadeaux offerts par la dernière impératrice de Chine, Tseu-Hi, au Président Sadi Carnot, alors ministre des Travaux publics, présentent un intérêt majeur pour la sauvegarde du patrimoine de ce bâtiment. Le château de la Rochepot, vidé de son mobilier du XIXe et du début du XXe siècle, perdra une partie de son âme. Cet ensemble de meubles et d’objets d’art fonctionne avec l’architecture restituée par Charles Suisse. Il convient enfin de rappeler, comme l’indique la description des lots, qu’un certain nombre de pièces sont classées au titre des monuments historiques, preuve de leur intérêt historique, patrimonial ou esthétique majeur.



Il est évident que la procédure judiciaire ne peut et ne doit être contestée. En revanche, le vente du mobilier classé et historique du château semble particulièrement dommageable pour l’histoire du lieu, et pour son avenir en tant que site touristique et patrimonial, qui fut l’un des premiers de Bourgogne lorsqu’il ouvrait encore ses portes au public.





La Gazette Drouot annonçait, au printemps dernier, qu’« une vente aux enchères du mobilier non classé, voire de l’édifice, serait envisagée ». Cela ne laissait pas présager une telle issue. Terminons ce court plaidoyer en reprenant l’appel que formulait déjà La Gazette, en avril 2021 :



Une acquisition par le Département ou la Région serait la bienvenue, mais l’essentiel reste que son futur propriétaire le rouvre au public, afin qu’il continue à raconter la longue histoire contenue dans ses pierres. (2)



Sauvé de la ruine par les Carnot au tournant des XIXe et XXe siècles, il serait fort dommageable que le château de La Rochepot ne soit vidé de son mobilier et amené à revivre quelques-unes des heures les plus tristes de son histoire.



Les informations historiques de cet article sont extraites de : Laurent Saccaro, Le goût du Moyen Âge en Bourgogne. La Rochepot et les châteaux néogothiques (1820-1940), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2016 (en particulier Partie III, « Le château de la Rochepot, histoire et architecture », p. 125-214).



NOTES


(1) Henri Chabeuf, « Notice nécrologique de Charles Suisse », Mémoire de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or, t. 15, 1906-1909, p. XCIII-XCIV.


(2) Anne Doridou-Heim, « La Rochepot, le château au bois-dormant », La Gazette Drouot, 8 avril 2021, en ligne ici.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page