top of page

La Gazette du Patrimoine est le média en ligne d'Urgences Patrimoine. 

Cette publication relaie les combats de notre association.

Elle permet la diffusion des informations relatives aux patrimoines et à ses acteurs. 

  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

Quel avenir pour l’église Saint-Éloi de Trith-Saint-Léger ?


Il y a trois semaines nous avons été alertés par Monsieur Jean-Michel Defrance, secrétaire de l'Association « Agir pour les trithois » au sujet de l’église Saint-Éloi de Trith-Saint-Léger située hameau du Poirier.



Il nous présente la situation  :



Voici en quelques lignes, la situation de l'église Saint-Eloi de Trith-Saint-Léger (hameau du Poirier). Tout d'abord, je vous présente la ville qui a une configuration particulière : c'est une commune des Hauts de France avec une population de 6400 habitants. Sa particularité est qu'elle est scindée en deux avec une répartition homogène des habitants :



Trith-Saint-Léger Centre, dotée d'une église et Trith-Saint-Léger hameau du Poirier, dotée également d'une église. Ce hameau a émergé à la fin du XIXe siècle avec le développement de la métallurgie, en l'occurrence USINOR. C'est à cette époque que l'église Saint-Eloi a été construite, financée par des donateurs. 



L'église de Trith le Poirier a été rétrocédée à l'archevêché de Cambrai en 1980 et n'est plus exploitée depuis une quinzaine d'années et bien sûr plus entretenue depuis cette date. L'intérieur semble en bon état mais la toiture est abîmée, des vitraux sont cassés, les murs d'enceinte sont décrépis à tel point que des barrières ont été installées pour la sécurité des habitants. Le but final, pensons- nous est que, pour la sécurité des habitants, le maire décide de la démolir, comme l'a été l'ancienne école communale et d'autres beaux bâtiments de la ville. 



Un collectif a alerté le maire sur l'importance de sauvegarder notre patrimoine. Sans réponse, ce même collectif a saisi notre association qui a écrit au maire dans un premier temps puis a rencontré le Député de la 19ème circonscription. Le premier n'a toujours pas répondu, le second a envoyé un courrier stipulant qu'il écrivait au maire de Trith-Saint-Léger et à l'archevêché. 



Notre association a été étudiée le budget de la ville via le rapport de la cour des comptes et il s'avère que celle-ci est dotée d'un des plus gros budgets de l'arrondissement, avec près de 20 millions d'euros et de recettes fiscales très importantes qui permettraient largement la rénovation de ce patrimoine. 



Ce qui attriste les habitants du Hameau et pas seulement, c'est de voir leur patrimoine, auquel ils sont attachés, rasé, comme l'ont été bon nombre d'autres beaux bâtiments. 




Suite à cette alerte, nous avons souhaitez connaître l’état intérieur de l’édifice et le curé de la paroisse a très gentiment accepté d’ouvrir l’édifice aux membres de l’association locale afin qu’ils puissent nous transmettre des photos.



C’est ainsi que nous avons eu l’agréable surprise de constater que l’intérieur est en très bon état, qu’il n’y a aucun désordre de structure à déplorer et que la situation est loin d’être désespérée.



Certes, il y a quelques désordres de toiture et quelques reprises de maçonnerie à effectuer rapidement, mais l’édifice n’est absolument pas en état de péril pour le moment.



Cela dit, il faut maintenant agir rapidement avant que la situation ne se dégrade.



L’église appartenant au Diocèse de Cambrai et non à la commune, c’est à lui de prendre une décision quant à l’avenir de ce patrimoine. D’après nos informations, une vente serait possible à condition que l’édifice devienne un lieu culturel. Projet que la mairie pourrait porter puisqu’elle en a visiblement les moyens, tout comme pourrait le faire la communauté d’agglomération ou pourquoi pas le département.



Un appel à projet de la part du Diocèse pourrait également être une piste, afin de choisir la réaffectation du lieu.




Nous aurions aimé nous entretenir avec le curé de la paroisse, mais le Diocèse a pour le moment refusé un échange parce qu’Urgences Patrimoine est une association indépendante, ce qui est bien normal pour une ONG (Organisation non gouvernementale).



Quoi qu’il en soit, nous sommes prêts à intervenir auprès du Diocèse, si celui-ci décide de conserver l’édifice, car il nous sera facile de trouver des matériaux pour les restaurations urgentes afin de réduire les coûts, et nous serons sans doute en mesure de mobiliser les talents et les énergies capables d’aider à la renaissance de l’église Saint-Éloi.



Il en sera de même si une collectivité porte le projet de sauvegarde.



L’association « Agir pour les trithois » vient de relancer le maire de la commune et nous allons également lui adresser un courrier, comme nous allons le faire auprès du Diocèse de Cambrai afin d’accompagner au mieux tous ceux qui se battent localement pour la sauvegarde de leur patrimoine et de leur mémoire collective.


3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page